Accueil > Gestion des Connaissances > MASK

MASK

A l'origine, MASK n'était qu'une méthode de capitalisation des connaissances. Avec les travaux du Club Gestion des Connaissances, l'INT (Telecom & Management Paris Sud), L'ENSC (ex IdC), et les expériences de Jean-Louis Ermine, Serge Aries et d'autres, MASK a évolué et s'est enrichie d'une deuxième démarche MASK II. Bientôt, MASK III viendra compléter le patrimoine avec la compilation de différentes démarches d'utilisation des livres de connaissance.

 

MASK I

Avec l'apparition de la démarche de cartographie des connaissances et d'alignement stratégique (MASK II), MASK devient MASK I.

« Aborder le problème de la connaissance est une véritable gageure. S’il y a un sujet qui préoccupe l’être humain depuis longtemps, c’est bien celui-là : qu’est ce que la connaissance, comment naît-elle, comment se propage-t-elle, comment se transmet-elle, comment la représenter ?... Les questions à son propos sont innombrables et les angles d’attaque sur ces problèmes extrêmement variés. Les approches sur ces questions peuvent être très diverses, relevant tout à la fois de la philosophie, des sciences humaines, de la biologie, de la physique… »

Jean-Louis Ermine

Les systèmes de connaissance

HERMES, 1996

La gestion des connaissances dans une organisation est un problème complexe qui comporte de multiples aspects, tant au point de vue stratégique qu’au point de vue opérationnel. La méthode MKSM qui est proposée ici, est issue de travaux de recherche et d’applications au Commissariat à l’Énergie Atomique. MKSM fournit une méthodologie d’analyse permettant d’aboutir, au moins en partie, à la maîtrise de la complexité dans les projets de gestion des connaissances, avant d’aboutir à un projet "opérationnel". Les phases de la méthode procèdent par raffinements successifs de l’analyse et de la modélisation du patrimoine de connaissances, jusqu’au grain suffisant qui permet d’avoir une visibilité correcte sur les connaissances à gérer, les projets possibles à mettre en place et les critères de décision pertinents.

Jean-Louis Ermine

Méthode pour la gestion des connaissances

 

La méthode MASK  a été mise au point, depuis 1989, sous l’impulsion de Jean Louis Ermine, à l’Université de Bordeaux I, puis au Commissariat de l’Énergie Atomique (CEA), et ensuite à l’Université de Technologie de Troyes (UTT). MASK est la troisième génération d’une lignée de méthodes d’ingénierie des connaissances dont les deux premières générations furent MOISE , puis MKSM™ (marque déposée du CEA). On peut interpréter MASK comme un sigle polysémique, signifiant « Méthode d’Analyse et de Structuration de Konnaissances », ou « Modélisation, Analyse et Structuration de Konnaissances »  -dans notre communauté, l’abréviation courante de « connaissance » est « K »-, ou encore « Méthode d’Analyse de Systèmes de Konnaissances » ou d’autres variantes possibles. Ce sigle fonctionne aussi en anglais (« Method for Analysing and Structuring Knowledge », etc.)

Introduction du livre de connaissance "MISE EN ŒUVRE D’UN PROJET DE LIVRE DE CONNAISSANCES AVEC LA METHODE MASK", UTT

MASK, Qualité et description de l'organisation

MASK n'est pas seulement une méthode pour capitaliser un savoir-faire, elle s'insère dans une démarche globale de formalisation des organisations avec en particulier l'approche processus que l'on retrouve dans les différentes démarches qualité (ISO 9000, EFQM...). En se centrant sur l'identification (cartographie des processus) et la formalisation des processus (MASK I : diagramme d'activités), une organisation construit une base pour une gestion par processus. L'idée est de fédérer les différentes démarches de formalisation (Qualité, métier, GRH, etc.) pour donner une vision de l'organisation (organigramme, processus...) et une matière première pour les métiers opérationnels et fonctionnels.

Faites vos modes d'emploi avec MASK

MASK I est aussi un formidable outil pour formaliser des "modes d'emploi" ou des procédures complexes avec le diagramme des tâches et des concepts. Cette méthode amène à définir de manière claire les étapes pour l'utilisation d'un outil, d'un logiciel ou simplement une recette de cuisine.

  • Exemple d'un document de Castorama reprit en tâches et concepts MASK-1 puis publiés en ligne et automatisé avec SyadePHP. Si la présentation est (encore) sommaire, l'idée est de pouvoir utiliser cette page avec une tablette sur le terrain.

Quelques documents sur le sujet


MASK
Introduction MASK (Club Gestion des connaissances)


Présentation MASK


Capitalisation des connaissances


Exemples de Livres de Connaissance

English Documents from Jean-Louis Ermine

 

MASK en MAP

 

Se former à MASK I

Nous formons les personnes à la modélisation des connaissances MASK soit par le biais du Club Gestion des Connaissances pour les entreprises adhérentes, soit par le biais d'une formation adaptée avec la société Plénitudes, ou la société KIP (agrées pour la formation continue). L'ENSC met aussi en place une formation professionnelle (XMind, MindManager, MASK 1....).

Avec  l'Ecole Nationale Supérieure de Cognitique

  • MASK et la Gestion des Connaissances font partie du Cursus de la formation d'Ingénieur
  • Une formation professionnelle ou un accompagnement peuvent être organisés sur demande

La méthode MASK-1 est dans le domaine public et peut donc être utilisée librement.

Le document du cours MASK (PDF)

La présentation du cours (PDF)

Livre de connaissance sur MASK 1

Téléchargement

Voici quelques modèles de documents qui peuvent vous aider dans vos premières expériences. Ils n'ont aucune prétention, ce n'est pas non plus une application finie, ils peuvent se révéler imparfaits (utilisation, style...). Je les mets à disposition pour aider à faire les premiers pas dans l'utilisation de MASK.

Fichiers compressés au format "zip" :

Pour utiliser ces fichiers comme modèle, référez-vous à la documentation des logiciels respectifs. Pour les modèles et gabarits Visio, deux documents Word expliquent leur utilisation.

Les modèles PowerPoint peuvent être ouverts et convertis avec OpenOffice.

 

MASK II

MASK II a fait ses premiers pas dans différentes entreprises en France et à l'étranger, elle passe du stade de l'expérimentation et de la recherche au stade de l'Industrialisation.

La méthode propose en parallèle de formaliser la stratégie et d'identifier les compétences stratégiques, et d'autres par de faire une étude des domaines de connaissances (Critical Knowledge Factor) avec les métiers. L'alignement stratégique permet de croiser les deux points de vue et d'identifier des actions stratégiques pour améliorer la performance de l'organisation.

Pour plus de renseignements ou un projet MASK II, contacter la société KIP avec qui je travaille avec Jean-Louis Ermine.

Voir Module 3 - Analyse stratégique du patrimoine de connaissance, par Jean-Louis Ermine

 

MASK III

MASK III n'a pas pris encore forme en une théorie de l'utilisation des livres de connaissances. L'objectif est de regrouper sous cette appellation les différentes démarches expérimentées et mises en œuvre dans le partage et l'appropriation des connaissances :

  • Création de serveurs de connaissance
  • Les communautés de savoir
  • Transformation d'un livre de connaissance en support de cours
  • Conception d'un système d'aide à la décision
  • etc.

Serveur de connaissance

Les Livres de Connaissances (LC) formalisés avec MASK sont mis à disposition sur des serveurs Web. Outre la mise en partage de la connaissance, cette démarche s'accompagne d'une réflexion sur l'organisation de l'information.

Les exemples de livres de connaissances sur ce site donne un aperçu.

Formation

Le Livre de Connaissance "brut" peut être utilisé directement pour la formation, à condition que le lecteur est déjà une compétence pour comprendre certains concepts. C'est le principe de l'autodidacte qui se forme en s'appropriant des lectures.

Les questions sont de savoir à qui la connaissance doit être transférée, quelles sont leurs compétences initiales, quelle est l'objectif en terme de compétence à atteindre, pour construire une démarche pédagogique. L'objectif est de faciliter la présentation de la connaissance et de mettre des moyens et outils en œuvre pour faciliter son appropriation.

Cette démarche a bien sûr été utilisée pour construire des cours sur MASK.

Communauté

Les communautés se développent de plus en plus dans les entreprises, en particulier dans des organismes internationaux où les experts ont des expériences et des savoir-faire différent. L'idée est de partager, réfléchir pour créer ou améliorer les savoir-faire de l'organisme.

Appelées communautés de pratique, ou communauté d'experts, le principe est de faire travailler ensemble des experts et non experts. Le concept s'étend avec le travail en réseau en interne à l'organisme ou en externe avec des démarches comme le coworking.

MASK I se révèle utile dans deux cas :

  • Mettre à disposition d'une communauté un livre de connaissance comme base de travail
  • Formaliser le travail de la communauté en enrichissant ou en formalisant un livre de connaissance

Automatisation

Toutes les connaissances ne sont pas informatisables, même si l'informatique et la robotique ont fait d'énormes progrès. MASK met en lumière le travail cognitif et manuel (s'il y a) d'une personne. Dans cette formalisation apparaissent, en particulier, les informations utiles et les déductions.

De la modélisation MASK 1 deux solutions sont possibles :

Deux projets de recherche ont été développé pour montrer la complexité de passer d'une connaissance humaine a une solution informatisée :

  • La résolution d'un Sudoku a été développée directement en code VBA à partir de la formalisation d'une connaissance (cf. Page).
  • Toujours dans le jeu, le jeu Tic Tac Toe (ou morpion) qui parait simple en apparence, révèle la difficulté de modéliser la stratégie pour gagner ou faire match nul. La solution a été réalisée avec le moteur de tâches Syade.

Le premier projet à utiliser MASK I pour l'automatisation a été le projet Thot à Cofinoga avec la création d'un système d'aide à la décision basé sur MASK-I pour l'étude des demandes de crédits personnels (cf. la page Syade).

La méthode s'est révélée très utile sur des démarches plus classiques d'informatisation pour des applications métiers, en particulier pour formaliser le travail d'acteurs.

Enfin MASK 1 est une méthode puissante pour formaliser  le besoin et pour faire la documentation d'un outil informatique.

Des études sont en cours à l'ENSC pour utiliser MASK I dans le cadre de projet de robotisation... en particulier dans la phase conceptuelle pour formaliser la complexité de tâches.

 

Livres

 

Liens

 

Mise à jour : 05/07/2018

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons

Retour en haut de page